Coureurs en Alsace
- Informations sur les courses en Alsace
- Compilation de résultats
- Statistiques
- Photos
Coureurs en Alsace

Separation



Menus gauche

Contenu

Coureurs en Alsace - News

 
Interview exclusive de Laurent Cambrésy
Publié le 10/07/2013 à 17:59:00

Rencontre avec le spécialiste alsacien du minimalisme

A l'occasion de la Robertsauvienne courue dimanche dernier, Coureurs en Alsace a rencontré et interviewé Laurent Cambrésy qui a parcouru les 10 km en 41', chaussé de Vibram Five Fingers (VFF). L'occasion pour lui de décrire son parcours sportif et de partager son expérience des chaussures minimalistes.

Coureurs en Alsace : - Bonjour Laurent. Peux-tu nous dire comment tu es entré dans le monde de la course à pied ?

Laurent Cambrésy : Très tardivement, vers 36 ans et un peu par hasard. Ma femme insistait pour que je l'accompagne mais courir ne m'intéressait pas du tout. J'ai fini par essayer et voilà 7 ans que ça dure.
Il faut admettre que mon environnement professionnel a été déterminant dans la poursuite de la course à pied au delà de la sortie du dimanche matin. Avec 2 collègues en club, les discussions autour de la course à pied sont vite devenues une source entretenue de motivation.

- Tu viens de boucler le 10 km de la Robertsauvienne en Vibram Five Fingers. Comment es-tu venu au minimalisme ?

Je partais de loin. J'ai débuté la course à pied persuadé qu'un équipement à fort amorti était essentiel. Quand je revois les photos de l'époque, je constate d'ailleurs que j'avais une foulée avec une attaque talon très prononcée. Amorti obligatoire dans ce cas !
Puis un jour Thomas- un collègue - me dit qu'il pense qu'on peut se passer d'amorti et me parle minimalisme. D'abord incrédule, je finis par me documenter et me laisser convaincre par la logique implacable de cette approche.

- Pourquoi ce choix du minimalisme ?

La foulée classique, c'est à dire l'attaque talon, jambe tendue loin devant le centre de gravité n'est possible qu'avec des chaussures à fort amorti. On pourrait l'accepter et se dire OK, je mets des chaussures de toute façon, peu importe si ma foulée s'y adapte. Après tout, peut-être y a-t-il un gain avec cette foulée talon que les chaussures à amorti permettent d'atteindre. Mais quel gain ? vitesse ? endurance ? prévention des blessures ? Non, rien de tel. C'est peut-être même l'inverse. J'enchaînais les douleurs à la cuisse et au genou qui me forçait à interrompre ma pratique. Les séances de kiné n'y changeaient pas grand chose.
Le minimalisme c'est le retour à une foulée naturelle. Celle qu'on avait étant enfant, celle qu'on adopte rapidement si on court pieds nus. On remplace l'amorti des chaussures par un travail du pied qui doit réapprendre son rôle et donc se muscler. En parallèle la foulée naturelle active les muscles de la jambe de façon différente, en particulier le grand fessier s'active au moment où le quadriceps le ferait dans une foulée classique. Lors du contact avec le sol, le mollet n'est pas étiré (pas de dorsi-flexion), le genou est fléchi. Tout cela préserve nos muscles et tendons et mes douleurs ont effectivement disparu !
Ma vidéo préférée sur le sujet : The principles of natural running - Natural running enter

- Quelle est ta semaine type d'entraînement ?

Je fais deux sorties de 10km et une sortie longue de 15-20km. Je fais peu de fractionné car pas d'entraînement sur piste, n'étant pas en club. Aucun doute que ça limite ma progression ...

- As-tu subi des douleurs ou des blessures lors de la transition chaussures traditionnelles vers chaussures minimalistes ?

La transition, c'est le gros problème. Premier point, basculer ses appuis vers l'avant et demander au pied de faire l'amorti nécessite un renforcement musculaire. En effet, dans les chaussures classiques qui possèdent toutes un support d'arche, le pied travaille peu et les muscles qui servent à le soutenir sont atrophiés. Evidement, j'ai manqué de patience dans ma transition j'y ai gagné une tendinite de l'arche interne du pied. Six semaines d'arrêt. L'autre point concerne la difficulté à savoir si on a trouvé la bonne foulée. On ne se voit pas courir, on croit l'avoir, puis on se rend compte que non et ça se produit plusieurs fois avant de vraiment la maîtriser. J'ai personnellement encore des doutes sur certains détails de ma foulée mais globalement, je pense que c'est plutôt correct maintenant.
A la suite de mon premier marathon, j'ai développé un syndrome dit de l'essuie-glace qui résulte du frottement de la bandelette illio-tibiale sur le condyle fémoral et se traduit par une douleur sur le compartiment externe du genou. Il est possible que la cause soit physiologique mais peut-être qu'il s'agit d'une erreur de positionnement dans ma foulée que je pense avoir corrigé depuis.

- A part les VFF, quelles chaussures minimalistes affectionnes-tu ?

Les VFF sont vraiment dans la catégorie barefoot ("proche de la course pieds nus") et je n'en ai pas essayé d'autres. En minimaliste plutôt que barefoot, c'est à dire avec d'avantage d'amorti, j'aime bien les Skechers Go Bionic. La semelle est extrêmement souple et on sent libre de tous mouvements. Je les mets d'ailleurs dans la vie quotidienne. J'apprécie également les Saucony Kinvara que j'ai mises pour mon marathon. Elles sont accessibles à tous puisque pourvues d'un amorti bien utile pour ceux qui talonnent encore.

- Penses tu, comme certains, que le minimalisme a ses limites en terme de vitesse et de distance ? Question complémentaire, le minimalisme est-il à la portée de tout le monde ?

On peut descendre jusqu'à 0 km/h en foulée naturelle. Essayer de sautiller sur-place sur les talons ! Pour la borne supérieure, les sprinters ont bien des chaussures plates et fines mais elles sont effectivement plus rigides et étroites pour maintenir le pied et ne pas disperser d'énergie. Si on regarde les coureurs de fond, nous avons en France Emmanuel Pillet qui passe, pieds-nus, les 10km en 33' donc à plus de 18km/h. Pieds-nus, c'est nettement plus exigeant qu'en chaussures minimalistes. Donc je dirais que pour des distances à partir de 10km, il ne semble pas y avoir de limite en terme de vitesse.
Concernant la distance maintenant, nous avons, en France à nouveau, Daniel Dubois et Christian Harberts qui font des marathons pieds-nus, ou encore le Belge Pieter Vermeesch qui vient de réaliser le 4ème temps aux championnats d'Europe des 100km de Belves en Vivobarefoot Ultra Pure, chaussures ultra minimaliste de 100 grammes qu'il a porté sans chaussettes. J'en conclus que ceux qui prétendent qu'il existe des limites bien plus restrictives que ce que je viens d'évoquer se réfèrent juste à leur expérience personnelle, ce qui n'a bien sur guère de valeur scientifique. Quant à savoir si le minimalisme est pour tout le monde, il y a très certainement des cas de contre-indication pour des raisons pathologiques mais à part cela, tout ceux qui le souhaitent devraient pouvoir s'y mettre. Je ne fais pas de prosélytisme pour autant, ceux qui sont satisfait de leur façon de pratiquer la course à pied et qui ne se blessent pas n'ont sans doute pas de raison de changer.

- Que conseillerais-tu justement aux personnes qui souhaiteraient s'y mettre ? Existe-t-il des exercices permettant de limiter les risques de blessure ?

Le conseil le plus important c'est d'être progressif. C'est malheureusement difficile à tenir. Les exercices de course pieds-nus sur 50-100m sont à mon avis la meilleure façon d'acquérir la bonne foulée, à condition toutefois de les réaliser sur une surface dure. Courir pieds-nus dans l'herbe ne sera pas très utile puisque la souplesse du terrain permet d'attaquer lourdement du talon. C'est encore pire sur du sable ou l'on s'enfonce à chaque pas.
Pour la transition, je recommande des chaussures type Kinvara (faible drop, pas de support d'arche) voire les Skechers Go Run qui ont la particularité d'être légèrement bombées et favorise ainsi l'attaque médio-pied. Etre pieds-nus aussi souvent que possible est également très bénéfique bien que difficile à réaliser pour des raisons sociales. Me voir déambuler pieds-nus dans les couloirs sur mon lieu de travail n'est pas rare ...

- Tes objectifs pour la saison 2013-2014 ?

J'ai dû revoir mes objectifs initiaux à la baisse à cause du syndrome de l'essuie-glace qui m'a privé de la première partie de la saison. Je laisse donc tomber pour le moment mes objectifs sur 10km et sur semi qui étaient de 40' et 1h30' pour ne garder qu'un objectif sur marathon à 3h25 (contre 3h46 pour mon premier marathon l'an dernier...).

- As-tu des objectifs liés à la pratique du minimalisme ? Un semi en VFF ? Un 10 km pieds nus ?

Pas vraiment mais l'idée de faire la Robertsauvienne en VFF n'était pas un objectif prévu non-plus. Donc tout est possible !

Sidebar

Footer